Reine des frelons asiatiques, la grande menace sur les abeilles

La reine des frelons asiatiques est la pièce maitresse dans la fondation de nouvelles colonies. C’est elle, la reine du frelon asiatique, la vespa velutina, toute seule, qui construit son nid primaire à la sortie de son hibernation.

A la sortie de l’hibernation, la reine du frelon asiatique se met instantanément à la tâche pour construire le premier nid primaire qui abritera ses premières larves qui deviendront en quelques semaines les premières ouvrières de la colonie.

le nid

I- Ou hiberne-t-elle?

A la fin de la période chaude, au environ de la fin du moins d’octobre, les jeunes reines des frelons asiatique, dites reines fondatrices, cherche les cavités pour se protéger du froid de l’hiver et des éventuels prédateurs. Malgré qu’il n’existe pas en France de prédateurs connus des frelons asiatiques.

La reine frelon asiatique, dite fondatrice, préfère en général s’abriter, en attendant les jours meilleurs du printemps, dans l’écorce des arbres, des rochers ou même dans les murs en pierre sèche, seules ou en petits groupes.

Quand le beau temps arrive (de février à avril), ils deviennent actifs, cherchent un endroit convenable et commencent un nid.

II- Comment reconnaitre une reine des frelons asiatiques

La reine du frelon asiatique, connue aussi par le nom de reine Vespa velutina nigrithorax présente le corps brun foncé avec le visage et les pièces buccales orange (sauf les dents foncées), les antennes sont brunes au-dessus et orange au-dessous. 

Les segments abdominaux sont bruns avec des marges plus claires. Une fine bande jaune dans le premier segment et une fine bande orange dans les deuxièmes et troisièmes segments. Pour le quatrième segment abdominal il est presque complètement orange. Les cinquième et sixième segments abdominaux plus ou moins orange-brun.

 Jambes brunes, à l’exception du tarse jaune et des ailes hyalines brunâtres.

III- Différence entre la reine et l’ouvrière

reine frelon asiatique

Il n’y presque aucune différence morphologique distincte entre la reine et l’ouvrière, sauf que la première est capable de pondre des œufs et l’autre est stérile.

Aussi certaines ouvrières sont plus petites que la reine au printemps, mais auront la même taille que la reine à la fin du mois d’octobre.

Au sein d’une colonie de frelon asiatique, la reine pondeuse peut être reconnue par son abdomen distendu et ses ailes endommagées à la fin de la saison.

IV- Différence entre la reine et le mâle

Globalement, il est difficile de distinguer entre une reine frelon asiatique et le mâle avec lequel elle s’accouple en automne. Ils sont presque de la même taille, sauf peut-être quelques millimètres que la reine a en plus.

Les antennes de la reine frelon asiatique, comme d’ailleurs les ouvrières, ont 10 segments de forme rectiligne ou droite vers l’avant. Par contre le mâle en a 11 qui sont légèrement courbées sur les côtés.

Les femelles comme les reines des frelons asiatiques ont un dard à l’extrémité de leurs abdomens, alors que le mâle est complètement dépourvu.

L’une des grandes différences est que le mâle, pour le distinguer, possèdent deux points jaune-orange au bas de l’abdomen, côté ventral. Alors que la reine des frelons asiatiques n’en a point.

Les mâles dans une colonie de frelon asiatique qui vivent en société bien hiérarchisée n’ont aucun rôle sauf de féconder le moment venu les femelles sexuées, les futures reines fondatrices. Ils meurent en général juste après l’insémination des femelles.

V- Cycle de vie

Chaque reine fondera sa propre colonie au printemps, de mars à début avril, voire début aout. Elle pondra les premières larves dans un nid rudimentaire pour engendrer les premières ouvrières dite de premières génération.

Durant les premiers jours de la construction du nid-primaire, la reine frelon asiatique ne pond qu’un seul œuf par jour et ne construit qu’un seul alvéole ou elle le mettra. Mais passer les 45 jours qu’il faut à l’œuf de devenir larve puis adulte d’environ2,5 cm, la reine peut pondre jusqu’à 100 œufs par jour. Continuant ainsi à pondre d’une manière frénétique jusqu’ à épuisement à la fin du printemps.

La reine des frelons asiatiques durant les premiers jours du printemps, ou elle est la plus vulnérable, s’occupe elle-même de chercher les sucres pour se nourrir et les protéines pour nourrir ses premières larves.

reine des frelons asiatiques

Les reines, comme on l’a souligné plus haut, ne vivent qu’un an et se font fécondées juste avant l’hiver, selon quelques observateurs de ce nouvel insecte envahisseur en France.

Les nouvelles reines fondatrices aident à nourrir les mâles et les larves dans leurs alvéoles jusqu’à ce qu’elles sentent les basses températures.

Elles quittent alors, aux premières gelées, la colonie pour la laisser au triste sort qu’il attend. C’est-à-dire au manque de nourriture, aux intempéries qui ne feront pas de cadeau au nid exposé et aux différentes attaques des oiseaux, qui vont passer l’hiver à se nourrir des larves et des ouvrières que le froid a affaiblies et rendu moins défensives.

Dès le début de la deuxième moitié du mois de février, les reines fondatrices qui auront réussi à survivre dans leurs cachettes d’hiver, vont sortir pour cherche de la nourriture qui leur donnera assez d’énergie pour construire un nid primaire.

C’est alors que la reine des frelons asiatiques engendrerait la nouvelle génération d’ouvrières qui, certes moins petites de taille que leur mère, auront pour tâche de la nourrir elle-même et les autres larves qui verront le jour durant les quelques mois qui lui reste à vivre. Car la reine ne vit qu’une seule année.

VI- L’accouplement

On ne sait pas beaucoup de choses sur ce nouvel insecte en France, qui est arrivé à Bordeaux dans des poteries importées de chine en 2004. Les spécialistes nous disent que la future reine du frelon asiatique s’accouple avec les mâles avant le début de l’hiver ou à la fin de l’automne ou elle remplit sa poche génitale du maximum de spermatozoïdes.

L’accouplement se fait dans la partie supérieure du nid, selon toujours les spécialistes.

La reine pond les œufs fertilisés jusqu’à la fin des réserves de spermatozoïdes qu’elle aurait emmagasiné dans son abdomen. Puis se met à pondre des œufs non fertilisés.

Dans le cas d’une reine fondatrice, qui a eu peu de réserves de spermatozoïdes durant l’accouplement avec les mâles, sa colonie risque de disparaitre rapidement sans laisser beaucoup de nouvelles reines qui auraient la tâche de perpétuer l’espèce l’année d’après.

VII- Construction de nid par la reine vespa velutina

le nid des frelons asiatiques

La reine frelon asiatique construira durant sa vie deux nids en fibre de cellulose mâchée.  Le premier au printemps (de mars à juin), lorsqu’elle quitte l’endroit où elle a passé l’hiver, on l’appelle le nid primaire. C’est là qu’elle donne vie aux premières ouvrières.

Elle pond des œufs et s’occupe de ses premières larves qui, après un mois et demi (en fonction de la température), deviendront des ouvrières adultes capables de construire le nid et d’entretenir la colonie.

En général, ces nids ne sont pas très grands (sur un toit, un garage, une ruche vide, etc…

En juin, la colonie se développe, migre en hauteur et construit un nid beaucoup plus grand pouvant atteindre 90 m de hauteur et 70 cm de diamètre. Il est généralement situé plus souvent dans des arbres de plus de 10 m de hauteur. Ayant besoin de beaucoup d’eau à la fois pour construire son nid et pour nourrir ses larves, la reine des frelons asiatique essaie souvent de s’installer près d’un point d’eau (une rivière ou une source).

Il est généralement de forme sphérique et possède une issue de sortie latéral. Chaque nid abrite entre 1500 à 5000 individus environ, parmi lesquelles on peut trouver jusqu’à 200 reines fondatrices. Ces dernières auront pour mission de créer de nouvelles colonies pour l’année d’après.

Celui-ci est vite abandonné pendant l’hiver. Au cours de cette période, il a été observé en France que des oiseaux détruisaient le nid de guêpe. Ce comportement n’affecte en rien la durabilité de l’espèce car le nid est vide.

VIII- Le nid de la vespa velutina

La reine du frelon asiatique choisit les arbres hauts (50%), des murs creux et tout endroits près d’une source d’eau.

Le nid grossit au fil de l’année d’environ 5 cm par semaine. Il a une entrée unique d’à peu près 2 cm en bas au début de la construction et au milieu du nid à la fin de l’été.

 Il est formé d’une série de panneaux horizontaux en papier mâché, fabriqués à partir des feuilles et écorce d’arbres mâchés (cellulose). C’est là, qu’ils emmagasinent leur nourriture et que la reine des frelons asiatiques pond ses œufs dans alvéoles comme ceux qu’on trouve dans les ruches d’abeilles.

Le nid est recouvert de 5 à 6 couches du même matériau. Il est cylindrique ou piriforme.

Sa taille est d’environ 90 cm de haut et 70 cm de large. Sa construction nécessite des quantités importantes de feuilles (cellulose) et d’eau.

Le nid est abandonné au début de l’hiver par les reines fondatrices qui peuvent atteindre dans certains nids les 500 individus. Et chaque reine survivante peut fonder un nouveau nid au printemps suivant.

IX- Comment est-il arrivé en France

Il est arrivé en France, en 2004, dans un bateau venu de chine et qui transportait une marchandise de poterie ou probablement une reine fondatrice s’est nichée à l’abri des regards.

Le bateau a débarqué la marchandise dans le port de Bordeaux, puis la marchandise a été livré Tonneins dans le département de Lot-et-Garonne. C’est lors du déballage de la marchandise que ladite reine fondatrice s’est enfuit pour infesté en 15 présence la moitié de l’Europe.

C’est en 2010 que les frelons asiatiques sont repérés en Espagne et 2011 en Portugal. Et depuis, ils ont été signalé en Allemagne, Italie et la Grande Bretagne.

X- Est-il un danger

Les frelons asiatiques ne sont pas plus dangereux que les autres insectes de la même famille comme les frelons européens ou les guêpes malgré leur grande agressivité.

La reine de frelons asiatiques est dangereuse avec ses ouvrières lorsqu’on s’approche de leur nid d’à moins 5 mètres.  Dans ce cas ils peuvent s’avérer très dangereux pour l’humain en le piquant en groupe avec leurs aiguillants forts et acérés.

Certaines personnes allergiques doivent s’injecter leur dose d’adrénaline sinon il risque une mort certaine en cas de beaucoup piqûres répétées.

En France plusieurs morts pour cause de piqûres par les frelons asiatiques ont été signalés durant ses dix dernières années dans beaucoup de département.

 les abeilles

Le vrai danger de la prolifération de la reine des frelons asiatiques et ses congénères est d’ordre écologique et économique. Il n’y a pas de prédateur connu de cette espèce et constitue un danger pour les abeilles, lesquelles sont sa nourriture principale, à 80% selon les estimations.

La reine des frelons asiatiques pourrait manger selon les experts de la question jusqu’à 50 abeilles par jour.

Beaucoup d’apiculteur en France ont jeté l’éponge depuis l’invasion de cet insecte redoutable pour les abeilles. Il est capable de rester en vol stationnaire et aussi d’attaquer en groupe et en rafales.  

Les frelons asiatiques se nourrissent également des petites guêpes, des mouches, des sauterelles, des araignées et de tous les petits insectes disponibles dans leur aire de prolifération.

XI- Piège à frelons asiatiques

Il est primordial selon les connaisseurs de piéger la reine frelon asiatique avant le début du premier mai en raison de sa vulnérabilité durant le début de printemps. Au-delà, ça devient de plus en plus difficile. Car ce n’est plus elle qui sort pour aller chasser d’autres insectes ou butiner le sucre dont elle en a besoin. Mais plutôt les jeunes ouvrières sorties de la première couvée.

Il existe beaucoup de piège de frelon asiatiques dans le commerce et beaucoup de piège maison que verrons dans un prochain article.

Des voix se sont levées contre le piégeage de la reine des frelons asiatiques en raison du risque de toucher les autres insectes qui sont nécessaires à l’équilibre de l’écosystème. Mais plusieurs apiculteurs ont développé des pièges sélectifs de grande efficacité pour ne capturer dans la majorité de cas que les reines fondatrices.

D’autres apiculteurs se mettent à introduire dans les vergers et à côté des ruchers des poules sauvages, telle que la poule noire de Janzé, qui est capable de saisir le frelon asiatique en plein vol stationnaire et de le décapiter en un coup de bec.

Malheureusement les poules sauvages ne peuvent s’attaquer qu’à des ouvrières et pas la reine qui reste cachée dans son nid dans les hauteurs entrain de mettre en vie des milliers d’autres individus et des centaines de reines fondatrices de frelons asiatiques.

A rappeler que le blog LesNuisibles.com est un blog d’information général et ne peut remplacer en aucun cas les conseils avisés d’un professionnel de la désinfection dans le domaine d’éradication des nuisibles ni ceux d’un médecin en ce qui concerne la santé.

Quelques liens utiles:

https://lefrelon.com/signalement-frelons-asiatiques

frelonasiatique.mnhn/identification/http://frelonasiatique.mnhn.fr/identification/

Fermer le menu